Par : F Giry
Publié : 31 mai 2011

Découverte de l’écriture théâtrale et du jeu

Séance du 30 mars : Travail avec la troupe des Minuits : initiation au jeu théâtral (Juliette ; Laure)

Lors de cette séance, nous avons, dans un premier temps, échangé avec la compagnie théâtrale présente.

Qu’est-ce qu’est réellement le théâtre ? Avant tout, un art. C’est aussi un espace de liberté où l’auteur d’un texte adopte un certain point de vue et regard.

Qu’est-ce que la scène ?  Pour nous, c’est le lieu défini pour les acteurs, délimité par un rideau par exemple. La compagnie théâtrale nous a précisé que la scène est en fait le lieu où se situe le regard du spectateur. Il y a la « possibilité de transformer des personnes en acteurs, rien qu’en les regardant ». 

Finalement, le spectateur et l’acteur sont les deux seules choses nécessaires au théâtre.

Dans un second temps, nous avons fait des exercices d’improvisation.

Le premier consistait d’entrer sur scène, y rester le temps que l’on voulait puis en sortir. Chaque élève devait passer un par un. Chaque passage était différent. Certains élèves ne disaient aucune parole, leur démarche était plus ou moins rapide. Certains restaient stables, d’autres jouaient sur leur regard, des accessoires étaient parfois utilisés, puis il y a eu la mise en place d’un décor. Les passages comportaient des rythmes différents. Des élèves jouaient avec leur comportement ou même l’effet de surprise.
Le deuxième exercice était collectif. Un thème nous a été donné. Chaque élève devait rentrer un par un sur scène puis en sortir mais seulement une fois que son camarade, entré avant lui, soit sorti. Les deux sujets ont été « la plage », puis « la neige vient de tomber ».

Enfin lors du dernier exercice, les élèves devaient se classer par ordre croissant de dates de naissance sans aucune parole. Celui-ci a plutôt bien été réussi. Grâce à ce classement nous avons alors formé des groupes pour que dans un troisième temps, chacun joue une scène de la pièce « Une Algérie » composé par la compagnie théâtrale.

Séance du 6 avril et 13 avril : à partir des documents trouvés et présentés aux comédiens, écriture de différentes scènes, ensuite présentées aux comédiens

Aujourd’hui, l’Algérie, un sujet d’histoire mais une mémoire parfois conflictuelle :

- Une salle de classe : un exposé sur Abd El kader ; des points de vue multiples qui s’affrontent (un récit de voyage, un exposé sur différents aspects de la vie d’Abd el Kader)

- A la terrasse d’un café, 3 filles autour d’un Orangina et d’une clémentine débattent des origines de ces produits

- Un matin d’hiver, un élève qui doit faire un exposé sur La guerre d’Algérie interroge son grand-père qui lui répond : RIEN !

 

Une histoire coloniale :

- 1830 : prise d’Alger ; 3 soldats récemment revenus d’Algérie, racontent à la terrasse d’un café la façon dont ils ont vécu la guerre et échangent leur point de vue sur un homme qui est mort

- 1848 : le franc Algérien : deux scènes avec un espace partagé (effet miroir) : 1 émissaire vient voir un ancien dirigeant de l’Algérie et lui annonce le changement de monnaie ; une femme au marché se voit refuser d’acheter du pain avec l’ancienne monnaie.

- 1930 : affiche du PCF ; deux hommes discutent et adhèrent aux idées du PCF ; puis deux autres hommes passent devant l’affiche et en contestent le contenu

- 1942 : camus, l’étranger. Camus à Paris écrit un livre ; reçoit une lettre de sa mère qui l’inspire

- Deux scènes avec Ferraht Abbas, à la terrasse d’un café :

  L’une pendant l’entre-deux- guerres : première expression d’un nationalisme algérien

Puis au début de la guerre d’Algérie : radicalisation qui annonce son ralliement au FLN.

- 1954 : dans un café, on annonce à la une les attentats : 4 français et une algérienne : la femme pleure

 

Aujourd’hui, une histoire apaisée ?

Une famille de la classe moyenne autour d’un plan de chakchoucka, dans une bâtisse traditionnelle 

Une famille de la classe moyenne : le père dans le salon lit Camus et évoque la peste

 

Séance du 4 mai : La trame du spectacle se dessine !

Certaines scènes ont été finalement retenues par les Minuits

- Abd-el-Kader

- Le grand-père qui répond "rien" lorsque son petit-fils l’interroge sur la Guerre d’Algérie

- Conférence de presse de Camus après son prix Nobel

- Un jeune lisant "La Peste » aujourd’hui

- Famille pied-noir autour d’un plat de chachouka aujourd’hui

- Famille algérienne autour d’un plat de chachouka aujourd’hui

- Ferhat Abbas pendant l’entre-deux-guerres

- Ferhat Abbas, adhérant au FLN

 

Nous avons donc réalisé des recherches historiques pour connaître :
- La tenue physique des personnages, démarche, aspect, costumes, accent, âge...

- Les relations entre les personnages présents

- Des phrases dites ou écrites par ces personnages

- Dans les cas où il ne s’agit pas de personnages historiques comme les familles, trouver des modèles (photos, blogs, récits...)

- Le lieu où ils se trouvent

- Leur histoire (grande et petite)

 

Exemple d’un café, où aurait pu se trouver Ferhat Abbas

 

Séance du 11 et 18 mai : on joue !

 

Abd El-Kader 

Zélia, Nicole, Marine

Avec la collaboration de Mégane et Sabrina la semaine suivante

 

Ferhat Abbas

Chez le photographe

Mélanie dans le rôle du photographe

Mélanie dans le rôle de Ferhat Abbas

Mégane dans le rôle de la secrétaire

 

Au café dans les années 50

Réda, Bastien et Omar

 

Albert Camus : Ilona, Ivana, Léa, Marie, Laure et Aurélien

 

Famille pied-noir autour d’un plat de chakchouka aujourd’hui :

Justine, Amaury, Chourouk, Floriane.

Avec la collaboration de Laura la semaine suivante

 

Une famille Algérienne : Maxime et Pierre avec Nahuel et Yoann

A Neuville-sur-Essonne, le 17 mai : représentation d’une Algérie (1830-1954)